AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C. J. Matthew

Aller en bas 
AuteurMessage
Camille J. Matthew
• Élève 7ème ~ Serpentard
• Élève 7ème ~ Serpentard
avatar

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 27
Baguette Magique : 33 centimètres, plume d'Occamy, bois de cèdre
Pur // moldu // mêlé : Sang-Pur
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
Date d'inscription : 04/05/2008

• Parchemin Perso •
Humeur: Pervers
Poste dans l'école: Quidditch - Batteur
Bloc-Note:

MessageSujet: C. J. Matthew   Sam 10 Mai - 20:38

Gustave Flaubert a dit «Être bête, égoïste et avoir une bonne santé, voilà les trois conditions voulues pour être heureux. Mais si la première vous manque, tout est perdu. » Vous ne savez pas à quel point il dit vrai !



/ Informations générales /

    Nom de famille : Matthew
    Prénom(s) : Camille Janneken
    Date de naissance : 26 Novembre 1989
    Sexe (F ou M) : Masculin
    Signe Astrologique/chinois : Sagittaire / Serpent
    Groupe sanguin : A+
    Résidence l'été: Kirktown of Auchterless / Paris
    Année d'étude : Septième Année
    Maison : Serpentard
    Nationalité : Anglaise / Française


/ Informations secondaires /
    Poste au saint de l'école : Je suis batteur dans l’équipe de Quidditch de Serpentard [Enfin, j’aimerais bien qu’il ait ce poste xD]
    Nombre de piercings/tatouages : J’ai deux piercings. Un anneau à la lèvre inférieure et un piercing à mon oreille droite que je me suis fait à l’âge de 14 ans. La raison ? Une soudaine envie de me séparer de ma famille…
    Le prénom qu'il aurait voulu porter : Le mien n’est pas exceptionnel mais il me plaît. Ma mère a voulu faire ressortir mes origines françaises alors elle a choisi Camille. Janneken, c’est le prénom que les hommes de la famille Matthew portent en l’honneur de notre (illustre) ancêtre. C’est pas vraiment le prénom à la mode et je dois avouer que je suis plutôt satisfait que la majorité des individus ne connaissent pas le signification de ce ‘J’. Quoi qu’il en soit, non, je n’aurais pas voulu porter d’autres prénoms que les miens.
    Position dans laquelle il dort : Je dors généralement sur le dos, mes bras et mes jambes écartés de mon corps.
    Lunettes/verres de contact ? Je ne porte rien du tout.
    Couleur favorite :Le Noir
    Saison préférée : L’Automne
    Nombre de relations sérieuses :Hum… Lorsque vous dites ‘sérieuses’, c’est ‘Sérieuses’ ? Moui… Bon. Si on ne compte pas Ana, Liliane, Agnès, Marie, Isabelle, Louisa, Mallory, Lucie… Et j’en passe, il nous en reste deux.
    Une mauvaise habitude ? Toiser chaque personne comme si elle était transparente ? Trêve de plaisanterie. Il paraîtrait –mais je tiens à préciser que ça n’a jamais été prouvé !- que j’ai tendance à faire craquer les jointures de mes mains à mon réveil.
    Porte-bonheur : TssTss… Quelle stupide pensée de croire qu’un objet puisse nous porter bonheur !


/ Description du personnage /

    Physique du personnage : On dit souvent de moi que je suis pas mal. Ni ‘moche’, ni ‘canon’, ni ‘normal’, juste ‘pas mal’. Moi personnellement, je ne vois pas vraiment ce qu’il y a d’extraordinaire en moi. Comme la majorité des garçons, je suis plutôt grand, pas excessivement, je rentre simplement dans la norme. Niveau corpulence, je suis assez mince, surtout par rapport à ma taille. Mon grand-père est le premier à critiquer mon corps. Combien de fois ne l’ai-je pas entendu m’affirmer que j’étais trop maigre, que je ne parviendrais jamais à devenir un véritable Matthew ?! Avec le temps je m’y suis fait. Surtout que je suis peut-être maigre mais j’ai tout de même une légère musculature, dû notamment à la pratique du Quidditch. Je ne vais pas non plus disserter pendant des heures sur mon corps, alors passons plus tôt à ma tête. Après tout, c’est la première chose qu’on remarque chez une personne, nan ? J’ai un visage ovale, des traits assez fins. La première chose qu’on remarque lorsqu’on me regarde, c’est probablement mes yeux. D’une forme ovale, ils possèdent une couleur particulière : gris. Je les tiens de mon père. En fait, je lui ressemble assez au niveau du visage. Je crois que c’est pour ça que mon grand-père me regarde toujours avec mépris. J’ai ses yeux, son nez, et même sa bouche. C’est pour casser cette ressemblance aussi flagrante que je me suis fais un piercing à la lèvre. Il n’y a que les cheveux que nous n’ayons pas en commun. Mon père à des cheveux assez ondulés. Les miens sont raides et sont impossibles à coiffer correctement. Moi qui déteste passer du temps devant un miroir, je me contente juste de passer une main dans les cheveux et on a toujours l’impression que je viens de me lever.

    Style vestimentaire : Je ne suis vraiment pas du genre à prendre soin de mon physique. Et ça se voit dans ma manière de m’habiller. C’est très simple : je prends le premier pantalon –généralement un jean- et le premier tee-shirt –et un pull selon le temps- qui me tombent sous la main. Si le tout s’accorde, c’est parfait, au moins je suis sûr de ne pas avoir de remarques pendant la journée. Sinon y’a l’uniforme de l’école. Je ne le porte pas souvent en dehors des cours. Il ne me laisse pas assez libre de mes mouvements.

    Plus grande fierté physique : Mes yeux. J’adore voir les gens se troubler lorsque je les regarde. C’est amusant d’avoir l’impression d’avoir un peu de pouvoir avec la seule force du regard.

    Caractère/psychologie du personnage : Ô joie ! Encore des questions ! Décidément je ne peux pas m’ennuyer… De quoi faut-il que je parle, maintenant ? Ah. De mon caractère. On en vient enfin aux choses sérieuses. Par où commencer ? Je… Tiens ! Par ce matin. Cendrillon me faisait justement remarquer qu’elle ne comprenait pas qu’on puisse être aussi cynique. Je précise au passage que je l’ai –gentiment- rembarré en lui expliquant que tout le monde n’avait pas la chance de vivre dans un conte de fée. On ne va pas non plus s’étendre sur le sujet et laissez-moi plutôt m’expliquer. L’être humain a toujours eu tendance à catégoriser. Sous prétexte que je ne me montre pas toujours poli – A quoi ça sert de « faire bonne figure » devant des personnes qu’on déteste ? J’aime pas l’hypocrisie– que je critique de temps en temps les règles (et les gens), on m’a immédiatement catalogué comme une personne cynique. TssTss…

    Bon, j’en étais où ? Ah ! Parlons de mon arrogance. C’est mon trait de caractère qui agace le plus ma très chère tante. Soi-disant que je me montre parfois un peu trop prétentieux et méprisant vis-à-vis de mes semblables. Quoi ? Est-ce ma faute si je ne dis que des vérités ? Je suis intelligent. C’est un fait. Est-ce une raison de se montrer arrogant, me direz-vous ? Et bien, oui, s’en est une. Au moins je ne mens pas. Je ne fais qu’exposer une vérité. J’ai toujours trouvé stupide les personnes qui préféraient cacher leurs qualités pour ne pas paraître trop prétentieux, trop arrogant, justement. Comme si c’était un défaut ! Avons-nous demandé de naître avec toutes ces qualités ? Non. Elles nous sont imposées. Alors autant les exposer librement aux autres. Pour une fois que je partage une partie de moi…

    Je crois que vous l’aurez comprit, depuis le temps, mais je déteste le mensonge. C’est probablement lugubre –c’est pourtant la vérité- mais je pars du principe que tout le monde ment. Je refuse de me comporter comme les autres. Alors je n’hésite pas à dire ce que je pense, et comme je le pense. Je ne suis pas assez hypocrite pour parvenir à dire mes vérités avec un certain tact ou avec de la retenue. Dans un sens, on pourrait considérer cela comme une qualité, non ? N’est-ce pas un geste généreux d’avouer nos pensées ? Dans un autre, en partant du principe que les pluparts de mes pensées sont assez antipathiques pour les gens qui m’entourent, on comprend la réputation que je traîne derrière moi : il est méchant Camille.

    Pffff… Si ça, c’est de la méchanceté ! Alors que je ne suis pas du genre à me battre, ni a chercher les autres, d’ailleurs. Vous ne me verrez jamais aller agresser un élève. Hum… Bon, d’accord sauf s’il m’a déjà un peu cherché avant. Là, je ne dis pas que je ne riposterais pas. Mais je serais plus fin, plus rusé, je riposterais là où ça fera mal, quitte à user de ses faiblesses. Et je suis doué pour ça. Généralement je parviens rapidement à cerner la personnalité de ceux qui m’entoure, leurs qualités comme leurs défauts, leurs forces comme leurs faiblesses. Et j’en use toujours avec tact.

    J’ai toujours aimé la fuite. Dans toutes les circonstances. Lors d’une bagarre –je n’ai jamais trop aimé me battre- devant mes problèmes –j’essaye quand même de les résoudre… En utilisant, les autres, oui- ou lors d’une question un peu trop gênante pour moi. J’essaye toujours d’éviter les réponses nettes sur tout ce qui me concerne. Je déteste parler de moi. Il faut un peu nuancer. Je ne suis pas le dernier à me vanter… Mais vous ne m’entendrez jamais parler de choses qui me touchent vraiment. Je ne suis pas vraiment du genre à me confier à la première personne qui pointe le bout de son nez. Mouais… Enfin, ça dépend de la personne en question.

    Je me targue d’être indépendant. Je ne cesse d’affirmer que je serais le seul homme sur terre, je ne m’en porterais pas mieux. Malheureusement je sais parfaitement que ce n’est pas le cas. Profitez-en, ce n’est pas une chose que je répéterais quotidiennement, mais oui, j’ai besoin des autres. Il ne faut pas croire non plus que je perds tout le contrôle ! En vérité, si je m’intéresse à eux, c’est uniquement lorsque j’y vois un profit. C’est un comportement des plus égoïstes, mais l’être humain n’est-il pas ainsi ? Ne le niez pas. Ce sont nos besoins égoïstes qui nous poussent à aller vers les autres. Pour cacher ce que j’estime être une faiblesse, je me montre souvent froid et distant lorsque je leur parle. Manquerait plus qu’ils croient qu’ils ont un quelconque intérêt, autre que celui d’assouvir mes besoins immédiats, à mes yeux !

    Est-ce que je suis vraiment ainsi ? A votre avis ? Ne sommes nous pas là, dans ce monde, pour jouer un rôle ?

    Comportement avec son entourage : Je fiche totalement de ce que peuvent penser les autres de moi. Je vais vers eux que lorsque j’ai besoin d’eux. Qu’ils me détestent ou qu’ils m’apprécient, je reste généralement naturel, exécrable, froid, indifférent, moqueur… -j’arrête là où on va avoir l’impression que je suis narcissique- je les teste pour voir jusqu’où je peux aller avant qu’ils ne me haïssent... Ou que j’arrive à leur faire confiance. C’est rare. Mais ça arrive. Tenez, prenez l’exemple de Valentine. Moui, Valentine Nolwenn. Et bien j’ai fini par l’adopter… Enfin, c’est « ma meilleure amie », quoi ! Je sais, oui, l’expression est tellement connotée de mièvrerie que ça en devient écœurant. Et ça représenterait mal notre relation. Parce qu’il ne faut surtout pas croire que c’était toujours tout rose entre nous. Même avec moi, Valentine Nolwenn reste… Valentine Nolwenn. Et bien que ce soit l’unique personne en qui je porte ma plus totale confiance je ne me comporte pas totalement différemment avec elle. J’ai besoin d’elle. Si je suis prêt à l’aider si elle a besoin c’est encore pour mon propre intérêt : je n’ai pas vraiment envie de la perdre. Hum… Que ça reste entre nous.

    Style d'activités/Préférences : Je suis fan de Quidditch. C’est l’unique sport que je trouve digne d’intérêt à mes yeux, autant à regarder qu’à pratiquer. Vous ne savez pas comme c’est exaltant d’être suspendu à quelques mètres de haut sur un balai. C’est l’unique occasion où je peux vraiment être moi-même. Personne n’est là pour vous déranger ou pour vous juger. Outre le Quidditch je dois admettre que j’adore le piano. Je ne sais pas si elle désirait que je devienne le futur Mozart, quoi qu’il en soit, c’est le premier art musical auquel ma grand-mère m’a forcé à m’initier. Bien que les premières leçons furent prises dans les cris et les larmes –j’avais à peine 7 ans à l’époque, et d’autres chose à faire que de me pencher sur le piano- j’ai vite compris que les sons que l’on pouvait tirer du piano n’étaient pas si terrible que ça…

    Plus grande fierté mentale :Pour être franc, je n’en sais rien. Chaque partie de moi est à double tranchant. Mais s’il faut une réponse… Voyons… C’est au détriment des autres, mais je dirais mon égoïsme. N’est-ce pas grâce à lui que je peux éprouver un peu de bonheur ?


Dernière édition par Camille J. Matthew le Sam 10 Mai - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille J. Matthew
• Élève 7ème ~ Serpentard
• Élève 7ème ~ Serpentard
avatar

Masculin
Nombre de messages : 151
Age : 27
Baguette Magique : 33 centimètres, plume d'Occamy, bois de cèdre
Pur // moldu // mêlé : Sang-Pur
<b>Maison</b> : <span style="color: SeaGreen;">Serpentard</span>
Date d'inscription : 04/05/2008

• Parchemin Perso •
Humeur: Pervers
Poste dans l'école: Quidditch - Batteur
Bloc-Note:

MessageSujet: Re: C. J. Matthew   Sam 10 Mai - 20:58

/ Parcours du personnage /

    Raconter quelques mots sur ma vie ? Et bien, tout a commencé en…

    Février 1989 / Angleterre / Kirktown of Auchterless / Manoir des Matthew :

    Hm ? Nan, bien sûr que nan, je n’étais pas encore né à cette époque, mais je plante le décor, afin que vous puissiez me comprendre. Bref. Ce soir là, Johnathan Janneken Matthew, mon grand-père, avait organisé une grande réception en l’honneur de notre illustre ancêtre : le créateur du Veritaserum. Les plus grandes familles sorcières, de toutes les nationalités, étaient invitées. Mes parents faisaient tous deux partis de la soirée. Ma mère, en tant que fille cadette de l’hôte, et mon père en tant qu’héritier d’une des plus grosses fortunes de France. Je vous passe les détails, le plus important à retenir est que ce soir là, ma mère cherchait l’homme de sa vie, mon père cherchait la femme de sa nuit. Dans un sens leurs souhaits ont été réalisés : mon père est reparti le lendemain de ma conception, dans son pays d’origine : la France et ma mère est décédée peu de temps après ma naissance d’une mauvaise chute, en ayant connu qu’un seul homme : mon père.

    Années 1989-1999 / Angleterre / Kirktown of Auchterless / Manoir des Matthew :

    Mon géniteur ne connaissant même pas mon existence, j’ai été élevé par mes grands-parents maternels. Je ne peux pas dire que j’ai été malheureux. Ils ont toujours fait en sorte que mes besoins primaires soient comblés. Je n’avais ni de frères ni de sœurs mais j’ai grandit avec Alexander, mon cousin, de cinq ans plus âgé que moi. Lui, c’était le stéréotype de l’enfant modèle. Sa mère été l’aînée de la mienne et elle s’est comportée comme une fille parfaite en épousant un sorcier anglais de bonne famille, bref, tout ce qu’il faut pour rendre mon grand-père heureux. Je crois qu’inconsciemment je suis rentré en compétition avec Alexander dès mon plus jeune âge. Et notre très cher grand-père ne faisait rien pour m’en empêcher. Au contraire, il ne ratait aucune occasion pour me faire sentir que s’il m’élevait c’était uniquement parce que j’étais le fils de sa fille, et rien d’autre.

    Les premières années de mon existence se sont écoulées ainsi : je cherchais simplement à être le meilleur aux yeux de mon grand-père –je n’y suis jamais parvenu. En fait mon avenir était déjà tout tracé. J’allais probablement devenir un sorcier, étudier à Poudlard, faire de grandes études afin de devenir enfin intéressant aux yeux de ma famille. Pour accomplir ça, j’avais même mis de côté mes propres questions, mes propres interrogations. J’aurais voulu tout apprendre sur mon père. Je sus seulement d’après les dires de mon grand-père que «c’était-un-lâche-qui-n’aurait-jamais-dû-mettre-les-pieds-sur-lui-et-cette- infamie-n’aurait-jamais-eu-lieu. » J’ai tellement été douché par sa réaction que je n’ai plus osé poser de questions sur lui. J’avais compris inconsciemment que c’était le sujet tabou. Tout changea à l’âge de mes 10 ans, quelques jours avant mon anniversaire.

    20 Novembre 1999 / Angleterre / Kirktown of Auchterless / Manoir des Matthew :

    Je me souviens très bien de ce jour-là. Je n’aurais jamais dû me retrouver au manoir, normalement. Alexander avait annoncé à mes grands-parents qu’il m’emmenait avec lui jouer au Quidditch avec quelques amis. Comme d’ordinaire, ils avaient été charmés par son attention. Moi aussi d’ailleurs, je pensais bêtement qu’il m’emmenait vraiment jouer à ce sport dont j’étais déjà un grand fan. J’ai vite été déçu. Alexander m’utilisait seulement comme excuse pour aller draguer une de nos voisines. Bref. Je devais passer tout l’après-midi loin du manoir pour que nos grands-parents ne se doutent de rien. Alexander avait les moyens de me faire obéir. J’ai accepté. J’ai rapidement changé mes plans, lorsque la pluie a commencé à tomber en cascade sur moi. Je n’avais aucune envie de me mouiller à ce point là, pour sauver la réputation de mon cousin auprès de mes grands-parents. Je suis donc rentré rapidement au manoir, en prenant garde tout de même, qu’on ne remarque pas ma présence.

    Je me suis tellement montré invisible que j’ai pu perçu les bribes d’une dispute entre mon grand-père et ma tante. Elle l’accusait d’avoir été la cause de la mort de ma mère. Que s’il l’avait laissé rejoindre mon père en France, elle n’aurait probablement pas eu cette chute et qu’ils auraient au moins dû mettre mon père au courant de sa paternité. Pour toute explication, mon grand-père lui expliqua seulement ce qu’il m’avait exposé auparavant : mon père était un lâche et qu’il en avait une preuve écrite.
    Le jour même, je m’introduisais dans le bureau de mon grand-père et récupérait cette preuve. Une lettre où mon père reconnaissait sa paternité et affirmait vouloir me rencontrer… Etc. Charmant. A dix ans, j’avais enfin récolté quelques informations sur mon père. Mais ce n’était pas exactement ce à quoi je m’attendais. Mon grand-père me mentait. Mon père était un type bien.

    Septembre 2000 / Angleterre / Poudlard

    Je crois que je considérais mon départ pour Poudlard, comme une libération et une nouvelle prison. Je ne voyais plus le regard accusateur et méprisant de mon grand-père poser sur moi, mais j’avais la lourde tâche de me montrer à la hauteur de ce qu’il pourrait attendre de moi. Je le détestais depuis que j’avais compris qu’il me mentait sur mon père. Et je souhaitais pourtant tout faire pour qu’il me considère avec de l’estime. J’étais parfait dans le rôle : un jeune crétin prétentieux. J’étais rentré dans l’image stéréotypée du parfait petit Serpentard. Méprisant, arrogant, fier et sûr de lui, et surtout, affichant une haine excessive vis-à-vis des moldus et des ‘Sang-de-Bourbe’. Et dès le premier jour, je me suis bien fais remarquer. J’avais repéré ma proie à King Cross. Une fille, blonde, de mon âge, provenant d’une famille de moldus. Elle était parfaite. Je crois que c’est la première fois où j’ai fais une si monumentale erreur d’appréciation. J’ai à peine eu le temps de me lui dire –gentiment- que c’était une Sang-de-Bourbe, que j’ai sentit son poing, et non pas sa main, s’abattre sur mon visage. Je venais de rencontrer Valentine Nolwenn. Charmante jeune fille, n’est-ce pas ? Ce jour là, ma fierté en a prit un sacré coup. Je me suis juré de me venger. C’était d’autant plus facile qu’elle avait été répartie dans la même maison que moi : Serpentard. Je l’ai longuement côtoyé. J’ai feins de l’apprécier pour mieux pouvoir l’approcher et mieux la connaître. Tout ce n’est pas exactement passé comme prévu. J’ai réellement fini par l’apprécier : son caractère de chien, sa mauvaise humeur, bref tout. Elle est devenue mon amie. Ma meilleure amie.

    Mes trois premières années se sont déroulées dans le même état d’esprit : je voulais que mon grand-père soit fier de moi et j’agissais comme il l’aurait souhaité. Je me moquais des autres maisons avec mes ‘amis’ Serpentard et ne cessait de critiquer les moldus et leur progéniture sorcière ou non. A côté de ça, j’étais considéré comme l’un des meilleurs élèves pendant mes cours. J’excellais dans toutes les matières. En particulier en cours de sortilèges et de potion. N’était-ce pas les potions qui avaient apporté la notoriété à ma famille ? Parallèlement j’avais encore en tête l’envie d’en apprendre plus sur mon père. Je voulais le rencontrer.

    Eté 2004 / France / Paris

    C’est à 14 ans que je l’ai fais. Que j’ai franchis le pas. J’ai prétexté une visite chez un ami de Poudlard pour passer deux semaines durant mes vacances d’été, à Paris. J’ai rencontré mon père. Il était désormais marié -avec une sorcière, une bourgeoise, il faut garder le Sang-Pur- mais il a accepté avec joie de m’héberger et de faire plus ample connaissance avec moi. Je lui ai demandé comment il avait rencontré ma mère, pourquoi il n’avait jamais donné de nouvelles, ce que j’étais en droit de savoir, quoi ! Il a dû bien s’amuser à me raconter toutes ces bêtises. Je le considérais comme un héros, un type bien. C’était un bon père de famille et un bon époux.

    J’ai toujours été là où je ne devais pas. La veille de mon retour vers l’Angleterre, j’ai eu la judicieuse idée de rentrer plus tôt à l’appartement de mon père. Je l’ai surprit avec une femme et au vu du ventre que celle-ci possédait, il n’y avait pas besoin d’être intelligent pour comprendre que leur relation n’avait rien de platonique.

    Tout a changé à partir de là. Les différences entre moldus et sorciers ou même d’un point de vue moins générale, les différences entre les maisons à Poudlard, me paraissaient désormais bien stupides. Je préférais faire une différence entre moi et les autres.
    Je crois que c’est à partir de cette année que je suis devenu plus froid, plus indifférent, même vis-à-vis des élèves de ma maison. J’ai l’impression que c’est à partir de cette année où je me suis rendu compte que les défauts des hommes me sautaient plus aux yeux que leurs qualités. En vérité, c’est en quatrième année que je me suis réveillé et que j’ai commencé à me détacher de toutes ces normes, de toutes ces règles. C’est à partir de là où j’ai commencé à comprendre que, quoi que je fasse, mon grand-père n’aurait jamais assez beaucoup d’estime pour moi. Et quoi que je fasse je n’en aurais pas pour mes semblables. Alors je suis devenu peu à peu, au fil des années, l’élève que je suis actuellement. Toujours aussi bon dans certaines matières et toujours aussi nuls dans d’autres, semblant toujours désintéressé en cours et parvenant pourtant toujours à s’en sortir avec des résultats corrects voire plus que corrects.

    Mon père n’a jamais su que je l’avais vu ce jour-là. Je pense qu’il s’en est douté. Je ne me suis jamais montré très chaleureux, par la suite lors de mes visites. Car oui, j’ai continué à aller le voir. Entre mon grand-père et mon père, où passer mes vacances ? Paris m’offre la liberté que je n’ai pas lorsque je reste au manoir. J’utilise la relation que j’ai avec mon père pour échapper au joug de mon grand-père. Judicieux, n’est-ce pas ?

    Que dire d’autre ? Cette année il ne me reste plus qu’à passer mes ASPICS, enfin... Tout ça si j’arrive à me débarrasser de Cendrillon. C’est fou comme elle ne cesse de me coller partout où je vais, toujours à tenter de comprendre mon comportement... La première fois que je l’ai vu, j’ai crut que j’avais une psychomage face à moi. ‘Fin bref. Passons.


/ Hors-Jeu /

    Votre pseudo : Bou
    Votre âge/date de naissance : 19 ans - 26/11/88
    Comment avez-vous découvert le forum ? Partenariat (j’crois)
    Vous le trouvez comment é_è ? Très Bien. Sinon j’y serais pas >_______<
    Citation : « On a bouffé des cookies »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: C. J. Matthew   Sam 10 Mai - 21:53

Bienvenue sur Switching Hogwart =)
Ta fiche est en ordre, alors je te valide.
Bon jeu parmi nous ! ^^

Serpentard, Septième année!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C. J. Matthew   

Revenir en haut Aller en bas
 
C. J. Matthew
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ✖ Administration du Forum ✖ :: ✖ Le vieux Grimoire :: • Serpentard-
Sauter vers: